social-innovation-image

Innovation Sociale est en cours ?


social-innovation-imageFinancière, économique, aujourd’hui sociale et environnementale… la crise est présente. Pour y faire face et passer outre, l’innovation est souvent présentée comme une voie incontournable. Dans notre économie capitaliste post-industrielle, qui dit innovation pense souvent exclusivement innovation technologique et innovation scientifique fondées sur le modèle de la recherche-développement. Mais d’autres formes d’innovation émergent, en marge de la réflexion sur le développement durable. Parmi celles-ci l’innovation sociale pourrait bien se révéler être un moteur de la sortie de crise ou de la mutation de nos sociétés.

On a souvent la tentation simpliste d’opposer l’innovation technologique et l’innovation sociale, la première étant souvent considérée comme la «véritable» façon d’innover, la question sociale relevant plus de la sociologie que de l’innovation scientifique dont le modèle prévaut depuis les débuts de la révolution industrielle. Pourtant les principes de l’innovation sociale, un des aspects du développement durable tel que défini dans les accords de Rio, paraissent constituer une des pistes les plus fécondes pour faire évoluer positivement notre modèle en crise et réaliser la mue de civilisation que la planète attend.

Impliquer, intégrer

En cherchant des solutions inédites à des problèmes sociaux que ni le marché ni les pouvoirs publics ne peuvent résoudre, comme le chômage de longue durée dans les pays développés, la fracture énergétique ou l’exclusion sanitaire dans les pays en voie de développement, l’innovation sociale tend à intégrer à la société, mais aussi à l’économie, l’énorme masse des personnes «en bas de la pyramide».

Par essence marquée par une démarche participative et coopérative, l’innovation sociale propose de nouveaux modes de fonctionnement fondés sur l’échange de compétence et d’information entre les différentes parties prenantes, sur l’implication de tous les acteurs d’un écosystème : services publics, entreprises, milieu associatif, mais aussi et surtout les usagers eux-mêmes. Elle rejoint ainsi un des principes de l’innovation frugale : l’implication des usagers et la reconnaissance de leur propre capacité d’innovation.

À la croisée de l’innovation ouverte et de l’innovation participative

Innovation collaborative par essence, l’innovation sociale se rapproche dans son fonctionnement non hiérarchisé des pratiques de l’innovation «ouverte» (ou open innovation) qui anime notamment le domaine des logiciels libres et l’univers «wiki» sur Internet. Quant aux ressources, l’innovation sociale relève aussi de l’innovation participative telle que la mise en oeuvre sur les plateformes de «crowdfunding».

Jadis parent pauvre de l’innovation «sérieuse», l’innovation sociale propose un nouveau modèle d’organisation et de gouvernance que les entreprises engagées ou non dans une démarche de développement durable, devraient être de plus en plus nombreuses à adopter. Le changement (social) est en marche ?

Ressources :
DD Magazine

Legrand.com